Fenbendazole pour les parasites humains

Listen to this article
📖 21 mins.

Le fenbendazole est un médicament polyvalent fréquemment prescrit pour traiter les infections parasitaires chez les animaux et les humains. Il est classé dans le groupe des benzimidazoles. Sa fonction principale est de perturber les processus de production d’énergie des parasites, ce qui entraîne leur mort.
Au niveau mondial, les infections parasitaires représentent un défi sanitaire considérable, affectant un nombre incalculable de personnes et d’animaux. Les principaux responsables de ces infections sont les ascaris, les ankylostomes, les trichocéphales et les ténias.

Les infections parasitaires ne se manifestent pas toujours immédiatement, mais au fil du temps, elles peuvent entraîner divers problèmes de santé déroutants et difficiles à résoudre :
  • Manque de nutriments dans l’alimentation,
  • envies de sucreries et de certains aliments,
  • Gonflement et gêne au niveau de l’estomac,
  • Diminution du nombre de globules rouges entraînant une anémie,
  • Fatigue constante,
  • Température corporelle élevée,
  • Transpiration pendant la nuit,
  • douleurs musculaires et articulaires,
  • Changements de la peau, comme une rougeur du visage appelée rosacée,
  • Démangeaisons près de l’arrière-train,
  • Démangeaisons dans la région vaginale.
Le fenbendazole s’est imposé comme un traitement efficace des parasites gastro-intestinaux. Son action à large spectre contre divers parasites en fait une pierre angulaire de la gestion de ces infections. Le fenbendazole est souvent recommandé pour le traitement de diverses maladies liées aux vers, notamment la strongyloïdose, la trichuriasis et l’entérobiase.

Fenbendazole pour les parasites – Comment ça marche ?

Le fenbendazole agit différemment des autres médicaments contre les vers. Son mode d’action unique cible une protéine particulière, appelée bêta-tubuline, que l’on trouve dans les minuscules structures tubulaires des parasites. Les structures connues sous le nom de microtubules jouent un rôle important dans de nombreuses activités cellulaires, y compris la division et la reproduction cellulaires. Lorsqu’un parasite absorbe du fenbendazole, le médicament se fixe à la bêta-tubuline à l’intérieur de ces microtubules. Cette interférence perturbe la formation des microtubules. Le parasite ne peut donc plus fabriquer d’autres parasites de son espèce, car il ne peut plus reproduire ses cellules comme il le devrait. En outre, ce médicament perturbe la façon dont le parasite utilise le glucose, qui est en quelque sorte son carburant. En bloquant la façon dont il utilise ce carburant, le fenbendazole force le parasite à manquer d’énergie. Sans énergie, le parasite meurt de faim. La beauté du fenbendazole réside dans sa précision. Il cible spécifiquement la bêta-tubuline présente dans les parasites, au lieu d’affecter le même composant chez l’hôte. Ainsi, tout en faisant son travail sur les parasites, il n’endommage pas les cellules de l’animal hôte. C’est pourquoi le fenbendazole est considéré comme un moyen sûr de se débarrasser des parasites dans de nombreux cas.

L’efficacité du fenbendazole dans le traitement de deux des maladies parasitaires les plus difficiles à traiter

Les dangers des ascarides

Les dangers des ascarides

La présence d’ascarides, communément appelés vers ronds, a le potentiel de causer des dommages importants. Leur cycle de vie est le suivant : lorsque leurs œufs sont ingérés, ils atteignent notre intestin, d’où émergent les larves du ver. En se nourrissant et en grandissant, les larves se transforment en vers adultes dans notre tube digestif et commencent leur voyage.

Dans les poumons, ces larves sont expectorées et avalées, pour finalement s’installer dans les intestins où elles deviennent des adultes de taille normale. Et ces adultes ne sont pas minuscules : ils peuvent atteindre 40 centimètres de long. En grand nombre, ils peuvent bloquer les intestins, ce qui peut entraîner de graves complications, comme un fécondation ou même une déchirure, qui peut être mortelle. Cependant, il y a quelque chose que nous pouvons faire, sans aucun doute.

C’est là qu’intervient le fenbendazole, un médicament très utile dans une telle situation. Le fenbendazole interrompt le cycle en cours en ciblant spécifiquement les vers ronds matures résidant dans les intestins, les affamant ainsi jusqu’à leur mort.

Cette approche est douce mais efficace, réduisant les effets secondaires potentiels qui pourraient survenir lors du traitement d’une forte charge d’ascaris à l’aide d’autres médicaments.

Le fenbendazole est une option de choix pour lutter contre les ascaris en raison de sa remarquable combinaison de délicatesse et d’efficacité. En outre, il conserve son efficacité longtemps après le début de son utilisation. En revanche, les ascaris deviennent de plus en plus résistants à d’autres médicaments comme l’ivermectine, la moxidectine et le pamoate de pyrantel au niveau mondial.

Petits strongles enkystés

Les petits strongles sont particulièrement préoccupants en raison de leur comportement sournois qui consiste à s’enkyster ou à se « cacher ». Voici comment ils procèdent : lorsqu’un hôte ingère des larves de petits strongles, celles-ci traversent l’estomac et pénètrent dans les intestins inférieurs. Elles creusent alors la paroi de l’intestin.

Le plus difficile ? Ces larves peuvent alors devenir dormantes ou se « cacher » en s’enkystant dans la paroi. Un nombre impressionnant de larves (90 %) choisissent de s’enkyster et restent dans cet état pendant une période allant de 4 mois à 3 ans. Avec le temps, ces larves cachées s’accumulent. Lorsqu’elles décident de se réveiller toutes en même temps (souvent au printemps), cela peut entraîner des problèmes de santé majeurs pour l’hôte, et dans le pire des cas, la mort.

C’est là que le fenbendazole entre en jeu. Le fenbendazole est le seul traitement connu qui s’est avéré efficace à tous les stades de développement de ces strongles cachés.

Qu’est-ce qui distingue le fenbendazole ? Il a la capacité unique de percer la couche protectrice des intestins et d’éliminer ces larves cachées avant qu’elles ne deviennent un problème plus important.

Le fenbendazole reste longtemps dans l’organisme. Il ne se décompose pas rapidement. Cette présence prolongée lui permet d’agir efficacement contre les menaces dormantes telles que les petits strongles enkystés.

La strongyloïdose peut également être traitée avec l’ivermectine et l’albendazole, qui sont tous deux largement disponibles.

Comprendre les bases de la gestion des parasites

L’homme peut être l’hôte de nombreux parasites, allant de ceux qui sont visibles à l’œil nu à ceux qui sont minuscules. Il est tout à fait remarquable que même dans les pays très développés, un nombre considérable de personnes soient porteuses d’au moins un type de parasite.

Les parasites sont incroyablement répandus, ce qui fait qu’il est très difficile de se débarrasser complètement de leur présence. Et ce n’est pas seulement une question d’hygiène personnelle. Certes, certains parasites proviennent d’aliments crus ou mal cuits, mais beaucoup d’autres sont simplement présents dans notre environnement.

Tous les parasites ont un point commun : leur cycle de vie implique la production de sacs d’œufs. Une fois qu’un être humain est infecté, le parasite femelle peut pondre entre 20 000 et 200 000 œufs par jour.

À divers endroits de notre corps, on peut trouver ces œufs protégés par des sacs de protection. Il est intéressant de noter que tant que la mère parasite est en vie, elle libère des substances chimiques qui empêchent l’éclosion de ces œufs. Toutefois, si elle meurt, ces œufs éclosent et risquent de provoquer une nouvelle vague d’infection dans des endroits tels que l’intestin ou le foie.

Pour réussir à éradiquer les parasites, il est nécessaire de s’attaquer simultanément aux organismes adultes et à leurs sacs d’œufs. De nombreuses maladies inflammatoires chroniques que nous ne pouvons pas guérir pourraient, en théorie, être le résultat de la tentative continuelle (et souvent futile) de l’organisme d’éradiquer ces sacs d’œufs. Si rien n’est fait, le nombre de ces sacs ne fera qu’augmenter, entraînant une inflammation croissante à mesure que l’organisme poursuit ses tentatives d’expulsion de ces hôtes indésirables.

Pour lutter efficacement contre les infections parasitaires, il est primordial d’adopter une stratégie de traitement qui suit un schéma cyclique. Une utilisation inadéquate du fenbendazole pourrait ne pas cibler les sacs d’œufs, ce qui entraînerait une inflammation continue dans l’organisme.

Le début d’un traitement contre les parasites peut entraîner des symptômes perceptibles, notamment des changements dans le transit intestinal, la présence de gaz ou même de la diarrhée. Il est essentiel de maintenir la cohérence du traitement en veillant à ce qu’il n’y ait pas plus de 2 à 3 semaines d’intervalle entre les séances. Cette durée est appelée « durée du cycle ». La prolongation de ce cycle peut permettre à un plus grand nombre d’œufs de parasites d’éclore et d’arriver à maturité. Lorsque vous administrez le traitement suivant, vous risquez de tuer un grand nombre de parasites à la fois. Cela pourrait déclencher une réaction allergique importante, connue sous le nom de réaction d’Herxheimer (du nom du médecin qui a été le premier à décrire ce phénomène). Les symptômes de cette réaction peuvent commencer par des problèmes mineurs induits par l’histamine, comme des éternuements ou des larmoiements, mais ils peuvent s’aggraver et donner lieu à des symptômes plus graves comme de la fièvre, un rythme cardiaque rapide, un essoufflement, un brouillard cérébral et même une instabilité émotionnelle. L’utilisation de cycles de traitement plus courts permet généralement d’éviter cette réaction.

Si une personne ne présente pas de signes d’inflammation ou d’autres problèmes de santé liés aux parasites, il est conseillé aux adultes de suivre un traitement d’environ deux mois. Il est intéressant d’alterner des médicaments dont les mécanismes d’action sont légèrement différents. J’ai fourni une liste détaillée des options de traitement ci-dessous, mais je vais également partager mon régime personnel et ses résultats continus. Par la suite, un traitement d’entretien mensuel peut s’avérer approprié. Pour les enfants plus jeunes, il est recommandé de réduire la durée du traitement et la posologie. Il est toujours judicieux de consulter un pédiatre compétent pour obtenir des conseils.

Comment les parasites intestinaux pénètrent dans notre système

Les parasites intestinaux peuvent s’introduire dans notre corps de différentes manières. Voici les principales façons de contracter ces hôtes indésirables :

  • Consommation de viande insuffisamment cuite ou crue provenant d’une source infectée, comme les vaches, les porcs ou les poissons.
  • Boire de l’eau contaminée par des parasites.
  • Ingestion de terre contaminée par des organismes parasites.
  • Contact direct avec des excréments infectés.
  • Vivre ou voyager dans des zones où les installations sanitaires sont inadéquates.
  • Négliger les pratiques d’hygiène appropriées, comme ne pas se laver les mains régulièrement.
  • L’âge joue un rôle ; les enfants et les personnes âgées sont plus sensibles aux infections.
  • La fréquentation de garderies ou de centres de soins institutionnels peut augmenter le risque d’exposition.
  • Un système immunitaire affaibli rend une personne plus vulnérable.
  • Les personnes atteintes de maladies telles que le VIH ou le sida courent un risque accru.

Après avoir ingéré ou été en contact avec ces contaminants, les parasites se dirigent vers les intestins. Là, ils se multiplient et prospèrent. Au fur et à mesure que leur nombre et leur taille augmentent, la personne infectée peut commencer à ressentir des symptômes.

Types de parasites intestinaux

Le ténia est un parasite intestinal que l’homme peut contracter, principalement en consommant de la viande de porc ou de bœuf insuffisamment cuite. Les principales espèces qui peuvent infecter l’homme sont :.
  • Taenia saginata : Communément appelé le ténia du bœuf.
  • Taenia solium : Connu sous le nom de ver solitaire du porc.
  • Taenia asiatica : Souvent appelé le ténia asiatique.
Aux Etats-Unis, on pense que moins de 1 000 personnes contractent le ténia chaque année. Cependant, le nombre exact reste incertain.
L’oxyurose est l’infection à vers intestinaux la plus répandue aux États-Unis et la plus fréquente dans le monde. Elle est particulièrement fréquente chez les enfants scolarisés. Les minuscules œufs d’oxyures se transmettent facilement d’un enfant à l’autre, ce qui rend ce groupe particulièrement vulnérable. Symptômes: Les personnes atteintes d’oxyurose peuvent présenter :
  • Des démangeaisons autour des régions anales ou vaginales.
  • Troubles du sommeil, humeur changeante, grincements de dents et agitation générale.
  • Inconfort gastrique et nausées occasionnelles.
Comment ça se propage : La cause première d’une infection par l’oxyure est la consommation ou l’inhalation involontaire d’œufs d’oxyures. Ces œufs, de taille microscopique, peuvent être transférés dans la bouche par l’intermédiaire de produits comestibles ou de boissons contaminés, ou même en les touchant et en touchant ensuite la bouche. Après avoir été ingérés, ces œufs se déplacent vers les intestins où ils se transforment en vers adultes en l’espace de quelques semaines.
Les ankylostomes sont des nématodes parasites qui vivent dans les intestins de leurs hôtes, dont les humains. Ils sont connus pour provoquer divers symptômes et sont généralement contractés par contact direct avec un sol contaminé. Symptômes: Les personnes infectées par les ankylostomes peuvent présenter:
  • Une éruption cutanée sur les pieds, souvent un signe révélateur du point d’entrée des larves.
  • État fébrile.
  • Symptômes respiratoires tels que la toux ou une respiration sifflante.
  • Inconfort gastro-intestinal, notamment douleur abdominale, diminution de l’appétit et diarrhée.
  • Réduction de poids perceptible.
  • Signes d’anémie, résultant de l’activité hématophage des vers adultes.
Transmission: Le cycle de vie des ankylostomes commence par la ponte d’œufs dans les intestins, qui sont ensuite expulsés par les matières fécales. Lorsque des personnes infectées défèquent à l’extérieur ou que des matières fécales humaines sont utilisées comme engrais, le sol devient un réservoir pour ces larves. Le contact direct avec la peau, en particulier lorsque l’on marche pieds nus sur un sol contaminé, peut entraîner une infection car les larves pénètrent dans la peau. Complications potentielles: La principale préoccupation liée aux infections par les ankylostomes est la perte de sang qu’elles provoquent, car ces vers se nourrissent de sang. Les infections persistantes et non traitées peuvent provoquer :
  • Anémie : Elle se manifeste par des symptômes tels que fatigue, vertiges, essoufflement, douleurs thoraciques et crampes musculaires.
  • Déficience en protéines : Cette carence est particulièrement préoccupante chez les enfants, car elle entraîne un retard de croissance physique et cognitive.
Traitement: Les infections à ankylostomes peuvent être diagnostiquées par des examens de selles et des analyses de sang. Une fois diagnostiquées, elles sont traitées avec des médicaments anthelminthiques. Ces médicaments sont conçus pour éliminer les vers des intestins. Les médicaments couramment prescrits contre les ankylostomes comprennent :
  • Mebendazole : Médicament oral qui cible un large éventail de vers intestinaux.
  • Albendazole : Un autre médicament antiparasitaire à large spectre.
  • Fenbendazole : Principalement utilisé en médecine vétérinaire, mais peut également être efficace contre certaines infections parasitaires humaines.
Après le traitement, il est essentiel de maintenir une bonne hygiène et d’éviter de marcher pieds nus dans des zones potentiellement contaminées afin de prévenir une réinfection.
Giardia est un parasite protozoaire qui provoque une infection intestinale connue sous le nom de giardiase. La maladie peut être asymptomatique, mais elle provoque souvent des symptômes gastro-intestinaux. La Giardia se distingue par sa résistance à la désinfection au chlore, ce qui en fait un problème dans de nombreux systèmes d’approvisionnement en eau. Symptômes: La giardiase peut être asymptomatique mais, lorsque les symptômes sont présents, ils peuvent inclure:
  • Diarrhée : Particulièrement aqueuse et potentiellement avec une odeur nauséabonde.
  • Fatigue : Sentiment de fatigue ou de faiblesse.
  • Crampes d’estomac et ballonnements.
  • Gaz excessifs.
  • Nausea : Parfois accompagnée de vomissements.
  • Perte de poids : Généralement due à une diminution de l’appétit ou à une malabsorption.
Transmission: Giardia peut être transmis de plusieurs façons, le plus souvent :

La maladie de Giardia peut être transmise de plusieurs façons.

  • L’eau contaminée : C’est l’une des sources les plus fréquentes de giardiase, en particulier dans les régions où les pratiques d’assainissement de l’eau ne sont pas idéales. Boire ou même simplement nager dans de l’eau contaminée peut entraîner l’ingestion de kystes.
  • Alimentation : La consommation d’aliments ayant été en contact avec de l’eau contaminée ou ayant été manipulés par une personne infectée par Giardia peut entraîner une infection.
  • Personne à personne : L’infection peut se propager par contact direct avec une personne infectée. Ce phénomène est particulièrement fréquent dans les endroits où l’hygiène peut être compromise, comme les crèches.
  • De personne à personne : Certains animaux, en particulier les castors et certains animaux domestiques, peuvent être porteurs de Giardia. Un contact direct avec les excréments d’un animal infecté peut entraîner une transmission.
Prévention: La prévention de la giardiase repose principalement sur l’hygiène et la salubrité de l’eau :
  • Évitez de boire de l’eau non traitée provenant de lacs, de rivières ou d’étangs.
  • Utilisez des comprimés de purification de l’eau ou des filtres lorsque vous faites de la randonnée ou du camping.
  • Pratiquez une bonne hygiène, comme se laver les mains fréquemment et soigneusement, surtout avant de manger ou de préparer de la nourriture.
  • S’assurer que les piscines communautaires sont bien entretenues et correctement chlorées.
Traitement : En cas de diagnostic de giardiase, les médecins prescrivent généralement des médicaments antiparasitaires. Les traitements les plus courants sont les suivants :
  • Métronidazole
  • Tinidazole
  • Nitazoxanide
Le ver du fouet, scientifiquement appelé Trichuris trichiura, est l’un des nombreux parasites intestinaux qui peuvent affliger les humains. Le ver, ainsi nommé en raison de sa forme de fouet, est répandu dans les régions au climat tropical, en particulier dans les zones où l’assainissement est insuffisant. Symptômes: De nombreuses personnes infectées par le trichocéphale ne présentent aucun symptôme. Cependant, lorsque des symptômes se manifestent, ils peuvent inclure :
  • Diarrhée sanglante
  • Défécation fréquente ou douloureuse
  • Douleur abdominale
  • Nausées et vomissements
  • Maux de tête
  • Perte de poids involontaire
  • Incontinence fécale
Dans les cas graves, les infections par les trichocéphales peuvent entraîner un prolapsus rectal, c’est-à-dire que le rectum dépasse de l’anus. Transmission: Les infections par les trichocéphales résultent généralement de l’ingestion d’œufs de trichocéphales. Les principales voies de transmission sont les suivantes :
  • Sol contaminé: Souvent, l’infection se propage lorsque les individus entrent en contact direct avec un sol contaminé par des excréments humains contenant des œufs de trichocéphale. Une fois en contact, il est facile d’ingérer les œufs si l’on ne se lave pas soigneusement les mains avant de manger.
  • Aliments ou eau contaminés : La consommation de légumes et de fruits non cuits, non lavés ou mal lavés ou la consommation d’eau contaminée peuvent également entraîner une infection.
Prévention: Les mesures préventives suivantes peuvent contribuer à réduire le risque d’infection par le trichocéphale:.
  • Pratiquer une bonne hygiène, notamment se laver soigneusement les mains avec de l’eau et du savon, en particulier avant de manger et après être allé aux toilettes.
  • Utiliser des systèmes d’assainissement appropriés pour éliminer les excréments humains.
  • S’assurer que l’eau potable provient d’une source sûre et traitée.
  • Cuire et/ou laver soigneusement les fruits et les légumes avant de les consommer.
Traitement : Lorsqu’une infection par le trichocéphale est diagnostiquée, elle est généralement traitée par des médicaments antiparasitaires, tels que :

L’infection par le trichocéphale est diagnostiquée par un médecin.

  • Albendazole : Couramment prescrit pour diverses infestations par des vers, y compris le trichocéphale.
  • Mebendazole : Également largement utilisé pour traiter les infections à trichocéphales.
  • Fenbendazole : Une autre option dans certains cas.
Il est essentiel de respecter la posologie et la durée recommandées lors de la prise de ces médicaments afin d’assurer l’éradication efficace des vers. Si vous soupçonnez une infection par les trichocéphales, il est essentiel de consulter un professionnel de la santé afin d’obtenir un diagnostic précis et un traitement approprié.
Les ascaris sont des organismes parasites qui résident dans le corps. Les infections dues à ces parasites peuvent entraîner des symptômes tels que la diarrhée et la fièvre. Les types d’ascaris les plus courants chez l’homme sont l’oxyurose et l’ascaridiose. Bien que ces infections soient souvent associées à des voyages dans des endroits où l’assainissement et l’hygiène font défaut, il convient de noter que les enfants aux États-Unis y sont également sensibles. Ascarie : Causes et symptômes L’ascaridiose, un type d’infection par des vers ronds, se propage principalement en raison de pratiques d’hygiène inadéquates. Les vers se développent souvent dans les excréments humains. La transmission se produit généralement lorsque des personnes touchent, sans le savoir, des surfaces contaminées et se touchent ensuite la bouche. Dans certains cas, on peut observer des vers vivants dans les selles. Si vous présentez des symptômes, ils peuvent comprendre:
  • Toux.
  • Sommeil interrompu.
  • Sentiments fébriles.
  • Agitation générale.
  • Douleur intense dans l’abdomen.
  • Nausea leading to vomiting.
  • Essoufflement ou respiration sifflante.
  • Signes de malnutrition.
  • Retards de croissance ou de développement.

Le protocole du fenbendazole pour tuer les parasites :

Le fenbendazole est couramment utilisé comme traitement antiparasitaire. Le dosage typique recommandé est de 1 gramme pour chaque 10 livres de poids corporel, administré consécutivement pendant trois jours. Ce cycle est ensuite répété toutes les deux semaines pendant une période de 2 à 3 mois. La recherche indique que des dosages allant jusqu’à 2000 mg n’ont pas entraîné d’effets secondaires néfastes. Il est à noter que 1 gramme de pâte de fenbendazole contient 100 mg de l’ingrédient actif. Un régime que certains adoptent (qui est peut-être plus orienté vers le cancer, mais qui pourrait s’adresser aux infections parasitaires) consiste à prendre 222 mg par jour pendant trois jours, à faire une pause de 4 à 5 jours, puis à recommencer le cycle. En pratique, essayez des doses de 750 mg ou 375 mg, en particulier lorsque les comprimés disponibles sont de 1,5 gramme chacun. Si l’on utilise de la pâte de cheval comme source, le dosage pour un individu de 150 livres équivaudra à environ 357 mg.

Le nitazoxanide, connu sous le nom commercial d’Alinia, peut être acheté dans les pharmacies internationales. La posologie suggérée est de 500 mg, deux fois par jour pour les adultes, sur une période de trois jours. Ce traitement doit être répété tous les 5 à 7 jours pendant une durée de 1 à 2 mois ou plus si nécessaire. On pense qu’il est efficace contre diverses formes de parasites et qu’il possède également des propriétés antivirales.

Comment le fenbendazole agit-il contre les parasites

Le fenbendazole agit comme un agent antiparasitaire en ciblant la structure cellulaire du parasite. Plus précisément, il se lie aux protéines bêta-tubuline des microtubules du parasite. Les microtubules jouent un rôle essentiel dans la division cellulaire et le maintien de la forme des cellules. Lorsque le fenbendazole se lie à ces protéines, il entrave la formation de ces microtubules. Cette interférence avec l’assemblage des microtubules perturbe le processus de division cellulaire du parasite. Cette perturbation compromet le mécanisme de production d’énergie du parasite. Privé de sa principale source d’énergie, le parasite finit par mourir de faim, ce qui permet d’éradiquer l’infection.

Alimentation et suppléments pour la prévention des parasites

Choix diététiques:

  • Minimisez la consommation de glucides simples, présents dans les aliments raffinés, les fruits, les produits laitiers, les jus et les sucres, à l’exception du miel.
  • Incorporer des aliments connus pour leurs propriétés antiparasitaires comme l’ail cru, les graines de citrouille, les grenades, les betteraves et les carottes. Une combinaison de miel et de graines de papaye, par exemple, a permis d’éliminer les parasites chez la majorité des participants à l’étude.
  • Rester hydraté. Boire beaucoup d’eau aide à éliminer les toxines et les parasites de l’organisme.
  • Augmentez votre consommation de fibres. Les fibres alimentaires peuvent aider à expulser les vers du tube digestif.

Compléments alimentaires :

  • Probiotiques : Y compris Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus plantarum, Saccharomyces boulardii et bifidobactéries. Ces bactéries amicales fortifient le système digestif. Toutefois, elles ne conviennent pas à tout le monde, en particulier aux personnes dont le système immunitaire est gravement affaibli. Il est préférable de consulter un professionnel de la santé.
  • Enzymes digestives : Elles peuvent rétablir l’équilibre de l’intestin et le rendre défavorable aux parasites. La papaïne, une enzyme dérivée du fruit de la papaye, peut potentiellement aider à éradiquer les vers lorsqu’elle est consommée au moment des repas. La prudence est de mise pour les personnes souffrant de troubles de la coagulation ou prenant des médicaments anticoagulants, comme la warfarine.
  • Vitamine C : Renforce les défenses immunitaires. Cependant, un apport excessif peut entraîner des diarrhées, il faut donc adapter la dose en conséquence.
  • Zinc : Un autre allié du système immunitaire. Sachez que le zinc peut interférer avec certains médicaments, notamment certains antibiotiques, et qu’il peut ne pas convenir aux personnes souffrant de maladies telles que le VIH/sida. Consultez toujours votre médecin avant de modifier votre régime de suppléments.

FAQ (FOIRE AUX QUESTIONS)

Les adultes peuvent être infectés par des vers de différentes manières. La consommation de viande et de fruits de mer crus ou insuffisamment cuits est une source courante. La baignade ou l’ingestion d’eau contaminée peut également introduire ces parasites. En outre, marcher pieds nus dans des zones où les vers se développent peut entraîner des infections. Les activités quotidiennes, telles que le partage d’articles comme les vêtements ou la literie, peuvent être risquées, en particulier si les pratiques d’hygiène appropriées, comme le lavage régulier des mains, ne sont pas respectées.

Les vers intestinaux consomment principalement les nutriments présents dans les intestins. En absorbant ces nutriments, ils peuvent en priver l’hôte, ce qui entraîne une malnutrition ou d’autres problèmes liés aux nutriments.

Si une personne a des vers, ses selles peuvent parfois présenter des signes de l’infection. Certaines personnes peuvent souffrir de diarrhée ou de constipation. Dans certains cas, on peut même apercevoir un ver entier ou des fragments de ver dans les matières fécales. Cependant, il arrive souvent que l’infection soit asymptomatique, c’est-à-dire qu’elle ne présente pas de signes évidents.

Le fenbendazole, connu sous le nom chimique d’ester méthylique de l’acide [5-(phénylthio)-1H-benzimidazol-2-yl] carbamique, est un traitement largement reconnu pour diverses infections parasitaires. Cela inclut les oxyures, les helminthes et d’autres parasites présents chez les animaux de laboratoire, le bétail, les animaux de compagnie et, bien sûr, les humains.

Le fenbendazole est efficace contre une variété de parasites, mais il ne les cible pas tous. Par exemple, ce n’est pas le traitement recommandé pour les ténias transmis par les puces. Si une personne ou un animal présente toujours des signes d’infection parasitaire après un traitement au fenbendazole, un autre vermifuge peut s’avérer nécessaire.

Lorsque les parasites meurent, ils peuvent libérer des toxines, ce qui peut entraîner des symptômes désagréables. L’organisme peut se sentir dépassé, surtout si plusieurs parasites meurent en même temps. Les symptômes, qui peuvent sembler être une aggravation de la situation, sont en fait des indicateurs du processus de guérison de l’organisme. C’est ce qu’on appelle les symptômes de « disparition ». Pour les gérer, il faut envisager des massages réguliers, une hydratation adéquate et un sommeil de qualité. Il est essentiel de consulter un professionnel de la santé. Il pourra vous indiquer si le charbon actif, l’argile bentonite ou même les lavements peuvent contribuer à atténuer ces symptômes de dépérissement.

Laisser un commentaire